Nous devons collectivement délaisser la vieille mentalité de croissance quantitative infinie, ancrage d’un système économique qui considère l’environnement comme un réservoir de ressources à extraire et à exploiter comme s’il n’y avait pas de lendemain. Cette façon de faire détruit notre Terre, extermine massivement des espèces animales et végétales et aggrave les iniquités socio-économiques, tout en nuisant à l’épanouissement des humains.

Trois scénarios distincts, un choix souhaitable

Face à cette valse folle de destruction, trois choix s’offrent à nous : le business as usual, les bouleversements majeurs et la transformation systémique. Le premier scénario, où on poursuit le développement de l’exploitation des ressources fossiles et la course au profit à court terme et à tout prix, mène directement au débalancement en cascade des mécanismes écologiques permettant la vie humaine sur Terre, et donc à l’effondrement – à petit feu et dans de grandes souffrances – de notre espèce. Le second implique probablement des chocs économiques, sociaux et politiques frontaux (pensons aux scénarios de dictatures écologiques) que personne n’a envie de vivre et qui peuvent être évités si on opère un virage majeur dès maintenant.

Le troisième scénario, celui d’une transition socio écologique en profondeur, est porteur d’espoir. C’est un narratif lumineux qui connecte avec notre capacité collective réelle d’avoir un rôle de guérisseurs pour notre planète et qui se dote d’une perspective régénératrice de nos écosystèmes et de nos communautés. C’est un postulat économique qui transforme la soif de croissance du quantitatif vers le qualitatif.

Ce faisant, nous nourrissons non plus les profits, mais la dignité humaine et la vivacité de nos écosystèmes.

Il s’agit d’un rappel que la Terre ne nous appartient pas, mais que nous appartenons à la Terre. C’est une philosophie sociale qui passe du chacun pour soi au vivre ensemble, au partage et à l’avoir collectif, dans la confiance et le respect mutuel. C’est une transformation politique qui fait place à une dynamique de co-création avec les citoyens, dans une démocratie vécue tous les jours, par tout le monde, et où fleurit une culture civique participative. Ce scénario nous permet de penser aux conséquences de nos actions sur les 7 prochaines générations en nous posant la question suivante: « Comment pouvons-nous être de meilleurs ancêtres? »

Dans l’enracinement de cette profonde transition, nous avons, citoyennes et citoyens, un rôle essentiel à jouer. Il consiste à nourrir l’imaginaire. À rêver des possibles. À inspirer. À transformer notre quotidien. À se rassembler et à métamorphoser notre vivre ensemble, notre famille, notre voisinage et notre quartier. À exiger sans relâche de nos décideurs qu’ils implantent rapidement les mesures requises à cette belle transformation. À revendiquer les pouvoirs nécessaires pour que nous ayons enfin la pleine capacité de co-créer la société de demain.

Laval persiste et signe pour être proactif et devenir un leader de cette ère

À Laval en transition, nous nous sommes donné comme mission de nous outiller et de développer nos connaissances et nos compétences pour devenir des acteurs de changement, tant individuellement que collectivement. Notre Caravane de la transition sillonne (virtuellement, pandémie oblige) les quartiers pour faciliter l’émergence d’initiatives écologiques et sociales par et pour les citoyens. Notre forum, Effet transition, notre événement ouvert au public qui se déroule présentement et ce, jusqu’au 12 mars, transmet virtuellement la passion d’experts et de citoyens sur des sujets aussi variés que la permaculture, le mode de vie zéro déchet, le transport écologique, les jardins de banlieue et les municipalités de l’avenir… sans oublier les tout-petits, qui, grâce à l’École de la transition, sont invités durant la semaine de relâche, à une multitude d’ateliers en ligne pour découvrir mille et une facettes de la nature.

Oui, la situation est grave et menaçante. Oui, les décisions de plusieurs de nos leaders politiques sont décourageantes et s’inscrivent du mauvais côté de l’Histoire. Mais c’est avec ferveur, passion, plaisir et enthousiasme que nous, citoyens, passons à l’action. Car en avançant ensemble, résolument et dès maintenant dans cette transition socio-écologique, c’est vrai que ce ne sera plus jamais pareil : ce sera mieux!

Alexandre Warnet, co-porte-parole, Laval en transition