Cela n’empêche pourtant pas nos politicien.ne.s d’utiliser cette expression et de l’appliquer concrètement à toutes sortes de situations.

Une semaine plus tard, on apprend que Bombardier aura en plus 2 G$ de la Caisse de dépôt et placement, et que la société ira en quémander autant au fédéral. Et la dépendance à l’aide gouvernementale, là-dedans? Géométrie variable!

Ainsi, le ministre de la Solidarité sociale, Sam Hamad, va couper 50 M$ dans l’aide sociale parce qu’il veut diminuer la dépendance des jeunes à l’aide gouvernementale, dit-il. Presque au même moment, son gouvernement injecte 1,3 milliard $ pour soutenir Bombardier et sa CSeries, parce que « tout gouvernement soutient son secteur aéronautique », nous a-t-on expliqué. Une semaine plus tard, on apprend que Bombardier aura en plus 2 G$ de la Caisse de dépôt et placement, et que la société ira en quémander autant au fédéral. Et la dépendance à l’aide gouvernementale, là-dedans? Géométrie variable!

Autre exemple : le ministre Barrette expliquait il y a quelques semaines qu’il n’avait pas le choix de légaliser les frais accessoires dans la loi 20 parce que ça coûterait 50 M$ au Trésor public et qu’il n’avait pas cet argent. Cette semaine, on apprend que les quotas de patients figurant à la même loi 20 vont causer une hausse de la rémunération des médecins de 400 millions $… Géométrie variable! En réaction, le ministre se veut rassurant : il va régler ça, probablement en révisant le panier de services assurés!

Autre cas : le même ministre Barrette continue d’affirmer qu’il peut récupérer de l’argent dans l’organisation du travail et il soutient l’application par le réseau public de la méthode LEAN de gestion du travail, qui oblige les employé.e.s à voir plus de patients dans le même temps de travail (une plus grande quantité pour moins de qualité). Pourtant, quand il demande aux médecins de voir plus de patients, ça fait augmenter les coûts. Raison? Les employé.e.s du réseau sont payés à l’heure tandis que les médecins sont payés à l’acte (à la visite). Géométrie variable!

Autre situation du même genre : le projet de loi 56 sur le lobbyisme. Le ministre Fournier dit que son projet de loi suit les recommandations du Commissaire au lobbyisme, selon qui toute représentation est du lobbyisme, et qu’il faut que tout le monde soit couvert également. Conséquemment, son projet de loi veut assujettir les groupes communautaires à la loi sur le lobbyisme, et faire en sorte que dorénavant, nous parlions autant du lobby des banquiers, des pharmaceutiques, des pétrolières que du lobby des Aveugles et Amblyopes du Québec, du lobby du Club Bon Cœur des Cardiaques de Charlevoix et du lobby des Personnes assistées sociales du Québec! Cependant, son projet de loi exclut tous les établissements de santé et de services sociaux (conseils d’administration, administrateurs, dirigeant.e.s, personnel), tous les établissements d’éducation (universités, cégeps, commissions scolaires, établissements privés), de même que les organismes et représentants des nations crie, naskapie et inuit, qui habitent le territoire visé par le Plan Nord du gouvernement Couillard. Les seules exclusions en santé et services sociaux vont permettre que du lobbyisme caché puisse s’opérer sur un montant de 17 milliards de dollars. À ce montant, il faut ajouter l’exclusion de l’éducation et des richesses naturelles du Plan Nord qui peuvent facilement le faire doubler. Toute représentation n’est donc pas du lobbyisme et tout le monde n’est donc pas couvert également. Géométrie variable?

Les seules exclusions en santé et services sociaux vont permettre que du lobbyisme caché puisse s’opérer sur un montant de 17 milliards de dollars. À ce montant, il faut ajouter l’exclusion de l’éducation et des richesses naturelles du Plan Nord qui peuvent facilement le faire doubler.

Enfin, il y a quelques jours, le ministre Barrette a expliqué à des journalistes que la révision du panier de services assurés était un incontournable : « Il y en a qui disent que c’est gratuit pour tout le monde, mais l’universalité, est-ce que ça peut être aussi l’équité pour tout le monde, donc un appui variable par l’État d’un service médical? ». On le voit ici : l’expression peut sensiblement varier, mais pas sa signification!

Parfois je me dis que… Je me dis que la population pourrait bien finir par en avoir vraiment, mais vraiment marre de cette géométrie variable, où ce sont toujours les mêmes qui y perdent et les mêmes qui y gagnent.

Et dans ces moments-là, je me dis aussi que le premier ministre Couillard, qui aime épater la galerie avec sa grande culture, devrait se rappeler ce qu’écrivait Vigneault dans sa Lettre de ti-Cul Lachance à son premier sous-ministre : « À semer du vent de c’te force-là, tu t’prépares une joyeuse tempête… P’t’être ben qu’tu t’en aperçois pas! »

Parce que s’il fallait qu’en plus, la tempête soit à géométrie variable…